Durand de La Penne

Une dynastie

Avant de nous pencher concrètement sur l’héroïsme dont fit preuve Luigi Durand de La Penne en 1941, il est nécessaire de se rappeler l’histoire de ses aïeux et de noter un goût prononcé pour les armes et la politique dés le XVIIIéme siècle.

  • Si le premier seigneur de La Penne connu est Antoine III de barras vers 1580, prenons l’histoire de cette noblesse en 1755 avec la naissance de Jean Joseph DURAND, seigneur de La Penne (†1776) qui fût Lieutenant-colonel de cavalerie,  et épousa Françoise Gabrielle d’AUTHIER, pugétoise, décédée en 1802.

 

  • Ils donnèrent naissance en 1755 à La Penne à Alexandre Joseph Durand de La Penne, qui en 1771 incorpora la Marine Royale pour devenir Lieutenant de vaisseau.. Il acquit le titre de Marquis de La Penne. Il épousa une noble en 1771 et eût deux enfants dont Jean-Baptiste Joseph Marie DURAND de La PENNE , dit le second marquis (1798-1874)  marié avec Camille Marie Éléonore ROCCI (†1874). L’histoire de la famille bascule en 1860 avec le rattachement de Nice à La France. « Avec un référendum en registrant 95% d’opinions positives pour l’entrée de Nice et son conté dans la France républicaine de 1860, nos ancêtres pennois n’ont pas eu le choix. . Quant à Joseph quels sont les éléments qui motivèrent sa décision de prendre la nouvelle nationalité italienne ? Était-ce un libre choix ? La réponse est facile et concerne directement le patrimoine pennois :
    Les autorités impériales françaises n’avaient pas fait mystère de leur intention, coutumière depuis la Révolution et le Premier Empire, de placer ses nationaux dans la nouvelle administration et aux postes clefs de tout organe de quelque importance (presse,….) en y associant certains locaux ayant déjà fait opportunément allégeance, pour préserver les formes. En bref, la situation et l’avenir de nos élites étaient en péril extrême. Mais Cavour avait tout prévu. Il réservait à ceux qui optaient pour l’Italie nouvelle, un destin des plus fructueux aux plus hauts postes de son administration, de sorte que leurs pertes soient largement compensées,…. y compris celle des biens fonciers.
    C’est la voie que choisirent nombre de Nissarts et Joseph leur emboîta le pas. Mais qu’advint-il de leurs propriétés qu’ils abandonnaient ?
    Déclarées biens vacants, des simulacres de ventes aux enchères « publiques » furent organisés au profit pour l’essentiel, des nouveaux administrateurs. Ainsi se développa une bourgeoisie foncière de substitution en grande partie d’origine française.
    Cependant, ces spoliations liées aux désordres du changement de statut vont se tarir et bientôt cesser. La sécurité des biens appartenant à des étrangers est maintenant assurée ; développement du tourisme et des résidences de villégiature oblige !
    Joseph donc, avait fait le choix parfaitement respectable et très compréhensible de privilégier son avenir matériel en adoptant la nationalité italienne. Or au bout de quelques années, il apprit que son domaine pennois avait été « oublié » par la vague de dépossessions qui affecta la plupart de ses compatriotes ex-Nissarts.
    De cela, il en était sans doute redevable aux Pennois ou pour le moins, à leur silence complice. Car une dénonciation aurait vraisemblablement suffit pour que le « bien vacant » change de main, même si le beau-frère Léotardi par son engagement politique était sur place pour veiller au grain ! N’oublions pas , non plus, que le maire de l’époque Paul Hercule d’Authier est le petit cousin du marquis !
    Donc tranquillisé sur ce point, le marquis revient à La Penne en 1869. En conséquence, et contrairement à ce que prétend la légende, il n’eut pas à « racheter son bien », mais simplement à régulariser sa situation de propriétaire auprès de la nouvelle administration française, en payant peut-être, un arriéré d’impôt. Mais son retour à La Penne s’accompagnait dune famille agrandit d’un fils Louis Félix Joseph. Ce dernier occupe un poste de sénateur en Italie (14 juin 1900) et s’éteint en 1921 à l’age de 83 ans. Il laissait trois enfants dont Luigi Durand de La Penne âgé de 7 ans qui reprit le flambeau familial avec ses deux carrières : Une première militaire et une second politique. Mais c’est une autre histoire……..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s